Adopte Un Coach | L’avenir de la dentisterie : la dentisterie préventive
839
post-template-default,single,single-post,postid-839,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-14.4,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

L’avenir de la dentisterie : la dentisterie préventive

Print Friendly, PDF & Email

Alors que l’étau conventionnel se resserre, alors que les actes demandent une technologie de plus en plus évoluée, le dentiste libéral a encore une très belle carte à jouer, celle de la dentisterie préventive.

Imaginer dans une génération la population française sans carie et sans maladie parodontale ne semble pas si utopique que cela.

En effet quels parents refuseraient aujourd’hui d’inscrire leur nouveau né dans un programme « zéro carie » auprès de leur dentiste habituel ? Lequel dentiste n’aurait plus qu’à suivre ce jeune enfant de la naissance à ses 18 ans en vérifiant que « tout se passe bien ».

Que faut-il pour que tout se passe bien ?

  • Contrôler l’alimentation
  • Contrôler l’élimination de la plaque dentaire
  • Réaliser si nécessaire des extractions pilotées
  • Avoir recours au moment opportun à l’orthodontie pour assurer au jeune adulte une occlusion équilibrée
  • Intervenir précocement en cas d’apparition d’un déséquilibre
  • Ne jamais autoriser le développement de la plaque dentaire.

Au final peu de choses pour que ce qui est la troisième maladie au monde soit reléguée à des cas particuliers.

Dès lors

  • Quid de la peur du dentiste ?
  • Quid de la course aux prothèses complexes ?

Le dentiste omnipraticien devient un enseignant pour son patient, il est là pour diagnostiquer et pronostiquer l’évolution d’une bouche. Il enseigne la biologie et la microbiologie à ses patients. On le consulte pour apprendre la spécificité de sa propre bouche.

Tout le monde y gagne. Tout le monde ? Peut-être pas, peut-être pas l’industrie dentaire ni l’industrie pharmaceutique. Serions nous soumis à cette industrie, ou bien en évoluant individuellement ne pouvons nous pas faire évoluer nos patients c’est à dire toute la population ?

Après tout il n’a fallu qu’une génération pour comprendre que les émissions de CO2 et le plastique nous conduisaient droit dans le mur !



Call Now Button